Notices des phagiques commercialisés et classés par fabricant

  • image pseudomonas aeruginosa bacteriophage 4-20 microgen
  • image sekstaphag
  • image pyobact boite 4x20
  • image pyobacteriophagum biopharmL
  • image sekstaphag
  • image eliava pyobact boite
  • image biopharmL pyobacteriophage biopharmL
  • image biochimpharm phagestaph - biochimpharm
  • image eliava intestibacteriophage
  • image biopharmL pyobacteriophage biopharmL
  • image microgen intestibacteriophage
  • image septaphage jsc biopharm
  • image bacteriophage streptococoque microgen
  • jsc biopharm products
  • image microgen bacteriophage proteynyy
  • image microgen bacteriophage salmonelles
  • image biochimpharm phagyo spray - biochimpharm
  • image biochimpharm phagyo- biochimpharm
  • image eliava enko
  • image eliava ses-en
  • image eliava stafilo-amp
  • image microgen intestibacteriophage with bottle
  • image microgen pyobactriophage polyvalent purifié microgen
  • image microgen coliprotei bacteriophage 100
  • image microgen klebsielles polyvalent bacteriophage 4-20 microgen
  • image microgen pyobacteriophage liquide complexe
  • image microgen pyobacteriophage polyvalent purifié microgen
  • image microgen dysenterie bacteriophage 4-20 microgen
  • image biochimpharm septaphage comprimé
  • image eliava fersisi
  • image microgen intestibacteriophage 4x20
  • image microgen pseudomonas aeruginosa bacteriophage 100 microgen
  • image Pharmex intestifag 10ml
  • image Pharmex piofag 4x10
  • image Pharmex piofag 10ml
  • image Pharmex intestifag 4x10
  • image bohemiapharm stafal2
  • image phage24 snipha360 x 4
  • image phage24 snipha360

Pour chaque notice vous trouverez un lien vers une traduction automatique par Google Traduction et un lien vers l’original. Si vous utilisez Chrome ou un traducteur, vous avez intérêt à cliquer la page originale et à la traduire ensuite. La présentation sera plus belle car Google Traduction ne respecte pas la mise en page.

Notices Microgen

Mise en garde: les notices sont traduites de manière automatique par Google Traduction. En cas de doute, se référer à la page en russe de bacteriofag.ru ou microgen.ru.

Sextaphage – original

Intesti Bactériophage – original

PyoBactériophage polyvalent purifié – original

PyoBactériophage liquide complexe – original

Bactériophage anti Streptocoque – original

Bactériophage contre la Dysenterie – original

Bactériophage anti Staphylocoque – original

Bactériophage anti Pseudomonas Aeruginosa – original

Bactériophage anti Salmonelles ABCDE – original

Bactériophage anti Klebsielles – original

Bactériophage anti Escherichia Coli – original

Bactériophage anti Proteae – original

Bactériophage anti Proteae et Escherichia Coli – original

Notices/infos JSC Biochimpharm

Mise en garde: les notices qui ne sont pas en anglais sur le site sont traduites en français de manière automatique par Google Traduction.

Phagyo – original

PhagyoSpray – original

Septaphage liquide – original

Septaphage comprimés – original

Phagestaph – original

Notices BiopharmL

Mise en garde: les notices sont traduites de manière automatique par Google Traduction.

Pyobacteriophage liquidum – original

Notices Eliava

PYO Bacteriophage – original

FERSISI Bacteriophage original

STAPHYLOCOCCAL Bacteriophage original

SES Bacteriophage – original

INTESTI Bacteriophage – original

ENKO Bacteriophage – original

Mise en garde: les notices sont traduites de manière automatique par Google Traduction.

Notices NeoProBioCarePharmex

Pyophage® – original

Intestiphage® – original

Règles générales d’utilisation des préparations de phages – original

Mise en garde: les notices sont traduites de manière automatique par Google Traduction.

Notices Bohemia Pharm

Staphal® – original

Mise en garde: les notices sont traduites de manière automatique par Google Traduction.

Notices Phage 24

SniPha 360 – original

Mise en garde: les notices sont traduites de manière automatique par Google Traduction.

Ces informations sont fournies à titre encyclopédique et ne constituent pas une recommandation médicale. Les médecins sont là pour ça. Les notices sont traduites de manière automatique par Google Traduction et ne sont donc qu’indicatives et les traductions peuvent comporter des erreurs.
Si vous avez d’autres notices, merci de les mettre en commentaire ci-dessous.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. CLAUDIE dit :

    Bonjour,
    peut on prendre n’importe quel phages sans analyses au préalable pour savoir lequel sera le plus efficace ? UN « antiphage gramme » comme on fait un antibiogramme ? Est ce que ce n’est pas un peu hasardeux d’acheter n’importe quel phage sans connaître les conditions de son infection, la sensibilité des phages, etc. J’avais cru comprendre que c’était un traitement particulièrement personnalisé.

    • Europhages dit :

      Bonjour,

      Bonne question. Sans être médecin voici une réponse tirée des ouvrages de d’Hérelle et des publications plus récentes, ainsi que de la pratique des centres de traitement par phagothérapie.

      On peut traiter de 2 façons: soit avec un cocktail du commerce, soit en élevant des phages en laboratoire qui, génération après génération remis chaque fois en présence de la souche initiale de bactéries, vont être de plus en plus agressifs sur la bactérie à laquelle ils sont exposés (dans ce cas il faut impérativement confronter chaque nouvelle génération de phage à la souche initiale de bactéries – il ne faut pas laisser évoluer les bactéries avec les phages, sinon les bactéries tendent à devenir résistantes).

      Quelle que soit l’approche, il est très fortement recommandé que pour le traitement la bactérie soit mise en présence de plusieurs types de phages différents mais tous agressifs envers la bactérie. C’est la condition nécessaire pour limiter le risque que les bactéries deviennent résistantes.

      Enfin il ne sert à rien de traiter avec des phages moyennement agressifs. Il faut des phages très agressifs et se reproduisant vite, ce que d’Hérelle appelle des « bactériophages puissants et doués d’une grande vitalité », « pour provoquer chez un malade une bactériophagie in vivo assez active pour détruire en quelques heures toutes les bactéries pathogènes présentes dans l’organisme » (Discours de d’Hérelle en 1947 à sa réception du prix Petit Dormoy de l’Académie des Sciences).

      Faire un phagogramme est donc une bonne idée afin de vérifier la sensibilité de la bactérie au médicament bactériophagique. Reste à trouver un labo pour vous le faire.

      De ces connaissances on tire les conclusions suivantes:
      – un cocktail du commerce peut très bien marcher, si vous avez la chance qu’il s’y trouve plusieurs phages virulents actifs sur votre ou vos bactéries. C’est le savoir-faire des fabricants de ces cocktails de savoir sélectionner puis mettre ensemble en grande quantité et de manière stable des phages virulents sur les bactéries habituelles. De nombreux médecins, y compris français les ont utilisés avec succès. Donc vous avez des chances que ça marche. Si vous pouvez faire un phagogramme, vous pourrez en plus vérifier vos chances de succès. Vous aurez des chances que le traitement marche uniquement si le phagogramme est très positif. Si vous ne pouvez pas en faire, vous maximiserez vos chances avec un cocktail du commerce spécifique à votre pathologie, ou mieux, si vous avez un antibiogramme qui vous donne le nom de la bactérie, avec un cocktail spécifique à la bactérie.

      – sinon il faut faire un travail de laboratoire qui n’est pas fait en France actuellement. Il faut que le labo trouve 3 ou 4 phages différents actifs sur votre bactérie, les entraîne à être de plus en plus agressifs et ensuite les mette dans un cocktail stable que l’on peut alors vous administrer. Jusque dans les années 1960 et 1970 cela était fait par les laboratoires du Bactériophage ou par Pasteur. Le médecin du patient envoyait sa bactérie et recevait une dizaine de jours plus tard un cocktail adapté. Maintenant cela ne se fait plus en France car les antibiotiques revenaient évidemment moins chers.

      Avec les phages le résultat n’est jamais garanti, mais si on respecte les conseils de d’Hérelle dont j’ai indiqué ici les principaux, le taux de succès est très important d’après les résultats publiés par d’Hérelle et les médecins qui lui ont succédé.

      Enfin la phagothérapie est plus efficace si elle est entreprise tôt. Les germes peuvent en effet provoquer des dégâts irréparables aux organes, et plus leur population est nombreuse, plus vous avez de chance qu’une mutation leur permette de résister aux phages et rende le traitement de moins en moins efficace.

      Les risques sont rares voire théoriques ou inexistants. Les ouvrages des Dr. Paul Hervé Riche et Dublanchet (dont sont aussi extraites les informations ci-dessus) vous donneront, ainsi qu’à votre médecin, toutes indications sur les traitements et les risques.

      Enfin l’AVIBEP (Association des Victimes de l’Interdiction des Bactériophagiques) pourra vous orienter ou aider votre médecin s’il ne connaît pas la phagothérapie.

      EP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *